Myriam Hornard

 

Crédits photo : Emilie Lecouturier

Née à Athus, Myriam Hornard vit actuellement à Bruxelles et Virton. Après des études de langues, elle put intégrer l’atelier de Jean Glibert à la Cambre. Elle commence dès l’adolescence à faire des installations et puis très vite s’oriente vers un travail textile, ainsi que es architectures en papier, diverses œuvres à base de transferts photographiques sur tissu et plus récemment une collection de canevas anciens dénonçant un travail occupationnel féminin, représentant des portraits de maîtres à partir de peintures anciennes.

En 2013, Myriam Hornard se tourne vers le moulage pour réaliser des sculptures en cire de récupération du culte. Investies d’un système chauffant permettant leur ramollissement jusqu’à l’effondrement ce processus permet des expositions performatives où les sculptures changent de formes constamment et finissent par être remplacées et recyclées grâce au moulage. Des videos soulignant l’impermanence, la métamorphose constante ont accompagné ces installations. Le rideau, tenture, tissus froncés ou plissés sont un élément récurrent de ses installations. Il représente l’ombre et la lumière, l’alternance, suggérant que ces fronces et ces plis cachent toujours quelque chose à commencer par la moitié de lui-même. Une projection vidéo sur rideau en coton écru peut aussi souligner le côté flottant, incertain de la réalité humaine et de son mystère.
« L’étrange présence des absents » est un thème récurrent dans l’œuvre de Myriam Hornard. EN 2021, la peinture inspirée d’extraits de tableaux du XVIIème siècle, principalement le cou, le col et les mains des personnages devient une recherche à part entière. Le cou cette partie fragile et résistante qui relie le corps à l’esprit et qui connecte l’ensemble de l’être comme métaphore de la complétude. Ces petites huiles sur bois ou sur bois, de très petits formats permettent à nouveau, au travers du travail un dialogue avec un artiste disparu et donc physiquement présent.

A partir de 2023, la peinture à l’huile sur bois et sur plâtre moulé d’après des morceaux de meubles ayant pour sujet des détails de vêtements d’enfants est un nouveau sujet d’étude.
Toujours dans le thème de la transformation continuelle des êtres, l’enfance est une période particulièrement intéressante et les vêtements qui accompagnent cette période de la vie comme des peaux successives…

http://myriamhornard.be/

My Name is Time