Acquistion :
2022

Kasteiung des Geistes

Description

2022

Huile sur lin

70 x 100 cm

Achat Space Liège

 

Du même artiste

Ryan Cullen
Stockholm/Manila/Antwerp/Shanghai/Madrid/Boston/Moscow/Basel/Jakarta/Marseille/Melbourne
Acquisition : 2022
La pratique de Ryan Cullen, entre peinture et sculpture, met en évidence les tendances sadomasochistes du régime néolibéral. Cullen l’explique dans un texte qu’il rédige pour accompagner son exposition à la galerie Situations de New York en 2021. C’est un récit freudien de la pulsion de mort dans un contexte de crise générale due au réchauffement climatique et la fin du système actuel économique néolibéral. Dans ce récit, il parle d’un type de fétichisme peu connu, le « Wet And Messy » (WAM), en français « mouillé et salissant », qui consiste à se faire verser ou étaler sur le corps des produits alimentaires ou de la boue. Pratique illustrée dans sa dernière série de peintures. Cullen précise : « il s’agit de l’effondrement d’une idéologie hégémonique, d’une vision du monde qui a astucieusement battu toutes les autres pour ensuite envahir impitoyablement chaque coin macroscopique du globe, chaque recoin microscopique de nos esprits. Il n’est donc pas surprenant que l’effondrement du capitalisme néolibéral mondialisé soit étroitement lié à l’effondrement du globe lui-même. » pour conclure, « C’est un moment de décadence concrétisée, d’entropie réifiée ; les contradictions sont visqueuses. Nous sommes des fétichistes de la boue, nous nous réjouissons de notre identification inséparable avec notre propre désordre. Nous sommes des fétichistes de la boue, distraits par notre tentative d’atteindre l’apogée à travers le désordre que nous continuons à créer. Nous sommes des fétichistes de la boue dans les sables mouvants, exigeant une expérience érotique de la chose même qui nous tue. » Cette toile acquise par la SPACE lors de sa résidence (RAVI, 2022) à Liège, témoigne aussi d’une conception très personnelle de l’image, où figuration et abstraction se côtoient. Le réalisme de la représentation doit concourir avec les qualités chromatiques de la peinture. L’artiste remplace la boue des toiles antérieures par un liquide visqueux semblable à la peinture au latex. La représentation se dissout dans l’abstraction. Si les images de Cullen nous parlent de la perversion humaine, ses toiles peuvent être vues comme un travail sur la force et la signification de la couleur.