Stéphane Gilot

 

Crédit photo : Hugo Nadeau

Originaire de Liège, Stéphane Gilot (1969) vit entre Montréal et Liège. Son travail multidisciplinaire combine le dessin, la maquette, l’installation architecturale, la vidéo, la performance et le commissariat. Son approche réflexive des contextes d’intervention et d’exposition, propose également un ensemble d’expérimentations sur les questions soulevées par les protocoles de collaborations interdisciplinaires. Un grand nombre de ces projets sont en effet développés à partir d’invitations à des artistes de la performance, du son et de la danse.

Parmi ses projets récents, mentionnons La doublure du monde dans le cadre de Ouvrages, Occurrence, Montréal (2023); Papvillon, La Comète (Espace 251 Nord, Liège (2019) ; Collision, un opéra pour demi-sous-sol, Le Lobe, Chicoutimi (2018) ; Le catalogue des futurs, Musée d’art de Joliette (2016) ; Pièce pour cinq interprètes, lumière rose et silence, 12e Biennale de La Havane (Cuba, 2015) ; Multiversité / Métacampus, Galerie de l’UQAM (2012) ; La Cité performative, Musée national des beaux-arts du Québec (2013). Lauréat du Prix de sculpture de la Fondation Marie-Louise Jacques 2019, Belgique et 1er Prix de la création de la Ville de Liège 2022, Musée de la Boverie. Liège.

Il a également exposé dans le cadre de « À la recherche d’Expo 67 », Musée d’art contemporain de Montréal (2017) ; de « Art Toronto » (2015) ; de « Inside / Outside » (Boston, 2015) ; de « 12 Minutes Max : Film and Performance Art Festival » (Salt Lake City, 2014) ; de « Reverse Pedagogy », Model Arts and Niland Gallery (Sligo, Irlande, 2009) ; et au Musée d’art contemporain de Montréal lors de la Triennale Québécoise (2008) et lors de l’exposition personnelle Libre arbitre (2001) ; ainsi que dans le cadre de la Transmediale (Berlin, 2006). Depuis 2013, il est professeur à l’École des arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec, à Montréal.

http://stephanegilot.com/

Bibliotheque rouille

Etude pour gratte-terre ouragan

Gratte-ciel